Jour 240 – La saint Nicolas William Sheller, Nicolas

C’est aujourd’hui la saint Nicolas, une fête très populaire, en particulier dans l’Est de la France, où le grand saint est plus ou moins la figure originelle du père Noël. Tout le monde connaît la chanson de la légende de saint Nicolas : « Il était trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs. » Trois enfants à qui il arrive un bien grand malheur : il se font enlever par un boucher qui les découpe en morceaux et les mets dans son saloir. Jusqu’à ce qu’arrive le saint évêque, qui confond le criminel et rend la vie aux enfants.

Mais puisque tout le monde connaît, je change complètement de registre. Oublions Noël et les miracles, ne retenons que le prénom : Nicolas. C’est celui qu’a choisi William Sheller pour le personnage d’une de ses plus belles chansons. Il y décrit admirablement le sentiment d’angoisse et d’incompréhension qui saisit ce jeune enfant qui est laissé dans une maison. On ne sait rien du contexte et l’on imagine que Nicolas lui-même n’en sait pas beaucoup plus. Faute de comprendre ce qui lui arrive, l’enfant porte son attention sur les détails (le monsieur a la main bien épaisse), qui accroissent encore le sentiment de malaise. Tout ce qu’il a dans la tête, c’est qu’il veut rentrer chez lui…